5 CONTINENTS EDITIONS
 
SHARE

Bêtes de style | Animals with Style

Sous la direction de Magali Moulinier

En 2006 le mudac convoque le monde animal. Articulée en sept actes ou sections, l’exposition « Bêtes de style » propose des regroupements concentrés à chaque étape sur un constat que nous avons pu définir au cours des deux années de prospection. Sorte de bilan, temporaire et subjectif, le parcours offre un jeu de ping-pong entre l’homme et l’animal alors que ce dernier restera, fondamentalement, toujours une énigme.

1. Le prologue énonce le propos : Animal mundi ou comment évoquer la force symbolique de nos rapports à l’animal par la nature, les origines, la mythologie et les tabous.

2. A portée de regard, une section documente, par des ouvrages de textes, de dessins et d’illustrations, la dimension de la fable, du conte et de la satire.

3. La voix est donnée à l’animal dans une grande salle proposant un point de vue empathique par l’apport de travaux d’artistes et de designers tentant de s’approcher au mieux des spécificités et de l’indépendance de l’animal. Tentatives de cohabitation utopique et créations d’objets respectueux de leurs besoins, cette section aborde l’habitat, la protection, les défenses et les «modes de vie» du monde animal.

4. Dresser, dompter et dominer sont à l’ordre du jour. Deux salles offrent une sélection de travaux où l’animal est utilisé, ses instincts canalisés pour satisfaire aux besoins humains et sa nature, vécue au prisme des conventions de ses maîtres. L’instrumentalisation est patente et les propositions souvent décapantes, entre rire et indignation.

5. Un espace bazar comble nos penchants anthropomorphistes où mode et société de consommation alimentent ad nauseam cette appropriation quelque peu naïve du monde animal. Les accessoires de tous bords permettent un arrêt sur image qui peut se lire comme une définition consumériste du rapport homme-animal. Sans jugement moral, cette section met en évidence le glissement de certains enjeux commerciaux qui, après l’enfant, convoquent de plus en plus ces charmantes petites bêtes.

6. Source d’inspiration formelle fascinante et illimitée, l’animal est à l’origine de nombreux objets sur le plan stylistique et esthétique. Le zoomorphisme domine ce secteur où tables, chaises, lampes, vaisselle et autres objets hi-tech nous rappellent à chaque pas l’allure, la particularité, les richesses visuelles ou chromatiques de tel ou tel animal.

7. Images, tombes, urnes et trophées ou l’appropriation ultime, au moment où tous les jeux sont faits. Cette dernière étape tient compte des diverses formes du rituel accompagnant le passage dans le monde des morts. Les stratégies de pérennité de la mémoire évoquant la perte de l’autre s’emparent de la dépouille où le traitement réservé à l’animal domestique se distingue nettement de celui réservé au milieu sauvage ou d’élevage. L’abattage, la chasse seront évoqués en contrepoint, rappel de la bestialité de ces mêmes sociétés envers l’animal, où les violences qui lui sont infligées ne sont pas sans mimer les rapports que l’homme entretient avec ses pairs. 

Langue : FR/ANG

Format : 17 x 22 cm

Pages : 160

Reliure : broché

Illustrations : 80 illustrations en couleurs

ISBN : 978-88-7439-345-9

Mois | Année de publication : Septembre 2006

Prix : 30,00 €

Téléchargez PDF

Prix: € 30,00

Suggestions de l'éditeur